Quatrième et dernier tome des EHO

Présentation de « La Chimère de Feu »

Tous ceux qui arrivent par ici auront très vraisemblablement déjà lu les trois premiers tomes des EHO. Si ce n’est pas le cas, beware, possible spoilers !

Que va-t-il se passer dans ce quatrième et dernier tome ?

Eh bien ce sera le tome de tous les dénouements, avec la réalisation de la prophétie des Enfants de l’Hyphale d’Or (depuis le temps qu’on se la traîne, celle-là…), une compréhension du passé, l’ouverture d’une nouvelle ère.

Il y aura des voyages pour des contrées lointaines et des aventures de plus en plus aventureuses. Oui, oui, vous avez bien lu, il y aura de l’action, de la tension, du mélodrame, des révélations, des coups de théâtre, des coups de chaud, de la magie qui pétille ou explose – bref, un rythme effréné !

Pour ceux qui se poseraient la question avec angoisse, non je ne céderai pas à la mode de l’assassinat en règle de la moitié des personnages attachants. Et même, j’offrirai la possibilité d’un regard sur leur devenir, je ne laisserai pas le lecteur en plein coup de gong, charge à lui de deviner le reste…

D’ailleurs, d’une manière générale, la totalité des mystères soulevés pendant la série, les petits comme les grands, seront élucidés, soit au court du roman, soit par le biais des carnets d’Éliphéra, qui ne manqueront pas à l’appel.

Conséquence directe, il est possible que ce dernier tome soit assez gras (qui a dit comme Pouna ?!), mais j’espère que personne n’aura le culot de s’en plaindre…

Avancée du chantier :

Eh bien il avance, ce chantier ! La première partie est bouclée et la deuxième bien entamée (il y aura cinq parties en tout).

Éliphéra, Maloun et les autres ont déjà été bien secoués par leurs aventures, mais se portent à peu près bien. Les choses se précisent et pas toujours en bien !

Pouna reste fidèle à lui-même, il s’est trouvé une nouvelle passion : les shakanoloïs (ah ben oui il va falloir lire le livre pour savoir ce que c’est.

Pour parler chiffre, j’en suis grosso modo au quart ; le travail préliminaire m’a demandé beaucoup de temps, mais je sais désormais bien où je vais et comment – la suite de l’écriture devrait être fluide, à défaut de rapide.

Date prévisionnelle de sortie du roman, en format numérique et papier :

Il m’est bien entendu impossible de donner une date précise. Cependant, si les choses suivent leur cours, je devrai avoir fini l’écriture globale l’été prochain. Ce ne sera pas un brouillon, puisque je peaufine toujours au fur et à mesure, mais il me restera les interminables relectures à la recherches des fautes et coquilles, les soumissions au Grand Coach et aux lecteurs testeurs, les vérifications des petits-détails-qui-font-tout, les mises en pages numériques et papier, la couverture à préparer avec Amandine et Sophie, bref quantité de choses indispensables à la finition d’un roman auto-publié qui se respecte.

En pratique je pense pouvoir proposer ce tome IV pour Noël 2017.

News du 2 février 2015 : après les corrections sur Word, puis les corrections sur kindle, il est parfois temps de faire une impression papier.

Voici la première, pour le premier cinquième du roman, bien tassé, police 11, petites marges, soyons écolos ^-^

News du 8 décembre 2016 : après un peu (beaucoup, okay) d’EHO buissonniers pour écrire Thalès, puis un peu plus tard Horace, me voilà sagement devant les EHO4, qui continuent d’avancer, lentement mais sûrement.

J’ai passé également beaucoup de temps à relire la partie déjà écrite – comme toujours, mes phrases ont toujours besoin de nombreux remodelages avant de ma satisfaire. Ensuite, il reste la chasse au répétitions, aux fautes, aux coquilles, bref, beaucoup de ménage !

Sinon… Pouna va bien ^-^

L’intérêt d’écrire des nouvelles pour un auteur

Le format papier n’est pas favorable à la nouvelle, qui ne peut exister seule sous ce format. Elle doit forcément être regroupée avec d’autres textes. Le format numérique, en revanche, est idéal.

La première et principale difficulté de l’auteur auto-édité est la visibilité. Une fois son livre mis en vente sur Internet, que ce soit au format papier ou numérique, rien n’est fait ! Le livre est invisible, il n’existe pas. L’exposition est difficile, très difficile et tous les moyens sont bons. Une des méthodes que j’utilise est de proposer des nouvelles numériques gratuites sur Amazon, le principal site de vente de mes écrits. Cette gratuité permet de positionner ces nouvelles dans une recherche ciblée du site (les personnes qui cherchent des textes gratuits à lire) et d’attirer des lecteurs qui n’auraient sinon jamais eu l’occasion de rencontrer mes écrits. Bien sûr il y a beaucoup de « pertes » : toutes les nouvelles téléchargées ne sont sans doute pas lues et celles qui le sont n’auront pas forcément suffisamment enthousiasmé le lecteur pour le pousser à aller plus loin. Mais parfois la lecture peut séduire et encourager le lecteur à acheter un roman numérique du même auteur.

C’est pour cette raison que la plupart de mes nouvelles sont des « préquelles », de courtes histoires se déroulant avant un roman déjà publié. Ces nouvelles sont des chouquettes offertes, un avant-goût du roman ou de la série.